Priorités 2015-2021
image : priorités


TAJ Tremplin Activité Jeunes
image : taj

Compétences

Agriculture
Aménagement du territoire
Antenne de Paris
Associations en métropole
Coopération
Culture
Education
Enfance
Environnement et Energie
Habitat
Insertion/Mobilité pro
Laboratoires
Santé
Social
Sport
Transports et routes
 
 
Informations routières

 

Rechercher ...

Newsletter Département974

Abonnez-vous en cliquant ici
pour recevoir
toute l'actualité
Cliquez ici pour vous abonner !
image : Feuilletez et lisez nos magazines en ligne
image : Site sélectionné aux Trophées nationaux 2014 de la Communication
ajouter dans vos favoris  I ajouter dans vos favoris  I 
70 ans de la Départementalisation : Quels enseignements pour l’avenir ? - colloque des 5 et 6 octobre 2016 Imprimer Envoyer

photo

Journée de clôture le 6 octobre

70 ans de départementalisation : Economie, Emploi : quelles perspectives pour demain ?

La deuxième journée du colloque consacrée aux « 70 ans de la départementalisation » a été l’occasion de se pencher sur les mutations économiques, la mise en place du système monétaire et bancaire, l’évolution du marché de l’emploi ainsi que l’aménagement du territoire. L’économie et l’emploi : deux domaines qui avec la Départementalisation ont connu un réel essor, même si aujourd’hui le tableau est un peu moins réjouissant. La deuxième partie de la journée a mis en perspective les solutions pour un nouveau projet de développement économique et social.

On retiendra de cette matinée de présentation les évolutions marquantes de la départementalisation. En 70 ans, La Réunion a connu 3 unités monétaires différentes : le franc CFA, le franc français et l’euro. Parallèlement, l’après-départementalisation est une période faste en matière d’emploi, puisque la progression est multipliée par 3. En 1954, deux tiers des emplois à La Réunion concernent des ouvriers agricoles. Cet essor s’explique également par la résorption de l’habitat insalubre qui passe par la construction de logements sociaux. Un vaste programme qui va permettre la création de nombreux emplois dans le secteur du bâtiment. En 1967, la première étude consacrée au chômage dénombre 11 % de chômeurs, un chiffre qui ne cessera d’augmenter.

Quand La Réunion devient département français d’outre-mer en 1946, 20 % de la population possède une case en dur, 12 % l’électricité et 10 % l’eau courante. Une décennie qui sera marquée par un nombre croissant d’infrastructures routières et de ménages qui s’équipent en voiture. Avec l’élargissement de la route en corniche en 2x2 voies, les routes bitumées facilitent les déplacements des hommes et des marchandises. Un grand chantier marquera ces années d’aménagements, le basculement de l’eau d’Est en Ouest. L’ILO (Irrigation du Littoral Ouest), projet porté par le Département, est un chantier majeur pour le développement de l’île.

Parmi les grands acteurs de cette période, Jacques de Chateauvieux, pour qui « les perspectives d’avenir sont nombreuses à La Réunion. L’entrepreneuriat est favorisé et notre jeunesse est une force. Si on veut entreprendre, rien n’est impossible ! »

Un développement qui passe aussi par la canne à sucre qui représente aujourd’hui plus de 50 % des surfaces agricoles cultivées. « Le modèle agricole réunionnais est un modèle social qui occupe une petite surface, une activité qui permet de faire vivre une famille », explique Sylvie Lemaire, déléguée générale du Syndicat du Sucre. La canne est aussi un produit d’exportation mais dont l’avenir reste menacé par l’arrêt des quotas prévu en 2017 par l’Union Européenne.

Tous les intervenants s’accordent à dire qu’il faut trouver un nouveau modèle de développement, comme l’explique Guy Dupont : « il s’agit de capter les savoirs faire mondiaux en matière de recherche et de développement pour les adapter au niveau local. » Une Réunion véritable laboratoire du monde cette idée ne laisse pas indifférent. Pour Nassir Goulamaly, directeur général du groupe Océinde, « on a l’ambition que La Réunion devienne une smart island. » La Réunion ultra-connectée à l’Océan Indien, à l’Europe et au monde.

Pour conclure, il faut en effet penser un nouveau modèle de société en mettant l’humain au cœur de ce développement. Pour Jean-Claude de l’Estrac, ancien secrétaire général de la COI, « la diversité culturelle et la richesse humaine de La Réunion sont de vrais atouts pour s’ouvrir à la mondialisation. » Un nouveau modèle de société qui passe pour certains par une évolution statutaire, pour d’autres par l’exportation, d’autres encore par une jeunesse éduquée dans la culture de la performance…

Quel que soit le choix, il faudra pour reprendre les propos de Nassimah Dindar, Présidente du Département, avoir une vision globale et sociale : « Les enjeux ne sont pas seulement institutionnels et financiers, il y a des vrais défis à relever et des défis redoutables qui nous demande l’union avant tout. Il faut répondre au constat d’une société à 2 vitesses. Ce défi est majeur et ne peut-être relevé que grâce à la mobilisation de toute la société réunionnaise. »

---------------------------

 

Journée d'ouverture du colloque 70 ans de la Départementalisation : Quels enseignements pour l’avenir ? - 5 octobre 2016

C'est en présence du Conseiller Départemental Alain Armand, de Danièle Lenormand de la Région Réunion, du Préfet, Dominique Sorain, de Valérie Roux, de l'Insee, du Sénateur Paul Vergès, du vice-Président au Conseil Régional et maire de Saint-André Jean–Paul Virapoullé et de l’ancien sénateur Albert Ramassamy, que s'est ouvert dans l'hémicycle du Palais de la Source, le colloque sur les 70 ans de la Départementalisation.

"Comment peut-on parler de gouvernance sans moyens nécessaires ?", le vice-Président du Département Alain Armand débute son intervention en posant le problème majeur de la départementalisation à savoir un transfert de compétences sans transfert de moyens. L’enjeu des débats de cette matinée a été justement de resituer la départementalisation dans l’histoire de La Réunion et de comprendre ainsi les réelles avancées dont a bénéficié notre île.

Pour Alain Armand "nou lé capab, La Réunion doit assumer son destin".

La Région Réunion revient aussi sur la non compensation par l’Etat des moyens mais insiste également sur l’importance de porter ensemble un nouveau modèle réunionnais. Pour la collectivité régionale, « le développement de notre territoire passe par un accompagnement des acteurs économiques locaux pour faire de La Réunion une terre d’excellence ».

Pour Dominique Sorain, représentant de l’Etat, « La Départementalisation a permis à La Réunion de s’intégrer dans la nation française ». Une évolution administrative qui a accompagné un changement des conditions de vie.

« La Réunion n’est pas un département comme les autres puisque la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté », a précisé Nassimah Dindar, la Présidente du Conseil Départemental, absente du département, s’est exprimée via une vidéo. La Présidente qui a rappelé que le Département a dû faire face à cette non compensation notamment dans le versement du RSA. La collectivité a dû palier à ce manque à hauteur d’un milliard d’euros. Un acte de décentralisation raté donc pour Nassimah Dindar qui souhaite que ces deux jours servent à poser un nouvel axe de développement qui mettra le réunionnais au centre de toutes les préoccupations, « le modèle de développement doit être endogène. Comment vivre heureux ici et maintenant ? »


Paul Vergès sénateur et ancien président de Région, Albert Ramassamy ancien sénateur, Jean-Paul Virapoullé maire de Saint-André et vice-président de la Région, étaient inviter à s'exprimer sur ces 70 ans de départementalisation

 


-----------------------------------------

 

PRÉSENTATION

Dans le cadre des 70 ans de la départementalisation de La Réunion (en 1946), le Conseil départemental, les partenaires Cerom (Insee, AFD, IEDOM), le Conseil économique, social et environnemental régional de La Réunion (CESER) et le Centre d’économie et de management de l’océan Indien (Cemoi) de l’Université ont organisé un colloque.

 

L’évènement s'est déroulé à travers quatre ateliers d’une demi-journée dont les thèmes étaient : la gouvernance, le développement humain, l’économie et l’emploi, et les perspectives de développementicon consulter et/ou télécharger le programme en cliquant ici (38.61 KB)

 

Les sessions ont été abordées par des présentations magistrales dont l’objectif est d’identifier des éléments de bilan des évolutions opérées en 70 ans de départementalisation à La Réunion. Elles ont été réalisées par des universitaires ou des experts reconnus. Des témoignages plus personnels de célèbres Réunionnais, en direct ou filmés, ont ponctué ces exposés (Mario Serviable, Mémona Hintermann, Vêlayoudom Marimoutou, Jacques de Chateauvieux).

 

Afin d’alimenter un débat et le partage d’expériences avec l'assistance, des tables rondes réunissant des personnalités clés dans chacune des grandes thématiques ont suivi les séquences de présentations.

 

La quatrième partie du colloque s'est inscrite dans une démarche menée par l’AFD (Agence Française de Développement) dans l’ensemble des collectivités d’Outre-mer qui a servi de support à une grande conférence économique nationale sur les relais de développement durable pour les Outre-mer de demain, le 5 décembre 2016 à Paris.

 

image du programme

 

icon 70 ans de la départementalisation de La Réunion :
rappel du programme du colloque des 5 et 6 octobre 2016 (38.61 KB)

 




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Lundi, 31 Octobre 2016 09:57