Chèque marmaille : les crèches rassurées - 8 février 2012 Imprimer

Après les assistantes maternelles du Nord et de l'Est, Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, a reçu les crèches de l'île pour leur présenter le dispositif chèque marmaille. Ce dispositif va entraîner quelques remaniements pour les structures. Mais, comme l'a souligné la présidente, entourée pour l'occasion de nombreux élus dont Pascaline Chéreau-Némazine, déléguée à la petite enfance, "le dispositif, qui va entraîner pour la collectivité une dépense supplémentaire de 3 millions d'euros, abonde les budgets qui vous étaient déjà alloués". Au total, le Conseil général consacre plus de 4,4 millions d'euros par an pour les 4200 places qu'offrent les 160 crèches de l'île.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Les dirigeants de crèches avaient des questions très précises, notamment quant au basculement de certains budgets vers les contrats de coopération communale. "Les communes ne nous ont jamais versé aucune subvention" a ainsi expliqué un directeur de plusieurs établissements sur St Denis comme sur d'autres communes. "Mais les subventions que vous nous versez sont indispensables à notre équilibre financier. Alors vous comprenez que nous pouvons être inquiets quand vous nous dites que certaines subventions d'investissement vont être basculées sur les contrats de coopération communale", a poursuivi le gestionnaire, visiblement approuvé par nombre de ses confrèes. Nassimah Dindar a tenu à rassurer les professionnels. D'une part, leur a-t-elle dit, le dispositif final reste encore à établir, et elle a proposé à des volontaires de former un groupe de travail avec les services du Conseil général pour le bâtir : "c'est pourquoi nous avons souhaité vous rencontrer, a expliqué la Présidente, et nous avons 11 mois pour trouver un mode opératoire qui ne vous lèsera pas". D'autre part, Nassimah Dindar leur a déjà affirmé qu'elle verrait avec ce groupe de travail et les élus de sa majorité comment libeller les contrats de coopération communale pour que les crèches associatives puissent avoir accès aux fonds prévus par le Conseil général.

Au final, les structures ont exprimé leur satisfaction d'avoir pu être entendues et avoir échangé. Les réunions de travail vont rapidement se mettre en place. Et chacun a convenu que le dispositif était effectivement intéressant pour permettre à des familles d'avoir accès à des modes de garde dont elles sont aujourd'hui privées faute de moyens.

 




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Jeudi, 12 Avril 2012 11:05