Le Département mobilisé pour aider les agriculteurs affectés par Berguitta : près de 1,2 million d’euros débloqués - 9 février 2018 Imprimer

 

Le Président Cyrille Melchior s’est rendu vendredi 9 février à Petite Ile à l’invitation de Serge Hoareau, Vice-président délégué à l’Agriculture et maire de la Commune afin de rencontrer les agriculteurs sinistrés à la suite de Berguitta.

C’est en mairie, dans une salle de conseil bondée, que le Président a pu rassurer les exploitants agricoles : « ma présence, celle de mes collègues élus ainsi que celles de la Sénatrice Nassimah Dindar et du Député David Lorion, traduisent  toute notre solidarité avec le monde agricole» a affirmé Cyrille Melchior.
L’Etat a reconnu l’état de catastrophe naturelle pour 11 communes dont celle de Petite Ile.

 

Les pertes sont particulièrement importantes avec une évaluation des sinistres, par la Chambre d’Agriculture, à hauteur de plus de 16 M€. 

Face à cette situation, le Département a voté en procédure d’urgence des aides exceptionnelles en séance plénière du 7 février permettant aux producteurs de compenser les pertes de récoltes et de reconstituer le potentiel de production. 

« Nous avons mobilisé un dispositif d’aide d’urgence qui sera disponible dès ce lundi. Je vous invite à remplir vos dossiers rapidement.  Concernant le maraichage, l’aide porte sur 2000 €/ha. 540 hectares sont identifiés soit 1 080 000 € d’aide exceptionnelle pour financer la replantation des parcelles de maraichage et d’horticulture. En ce qui concerne l’élevage bovin, nous accordons 10€ par animal identifié. 8000 bêtes sont concernées soit un montant de 80 000 € pour financer l’acquisition de produits type vitamines ou oligoéléments ou encore d’antiparasitaires afin de préserver l’état sanitaire du cheptel. Enfin, pour les chemins agricoles, nous mobiliserons les crédits FEADER. Au total ce sont donc 1 160 000 € prévus pour relancer notre agriculture.   Nous allons nous battre pour que le monde agricole aille le plus loin possible. Il est essentiel que rapidement nos produits locaux se retrouvent sur les étals des marchés et dans les assiettes de nos enfants »  a ajouté le Président. 

La sénatrice Nassimah Dindar et le député David Lorion ont pu expliquer les démarches entreprises par les parlementaires réunionnais auprès du gouvernement pour permettre le déblocage de fonds d’indemnisation. 

Avant la visite de terrain, Serge Hoareau a rassuré les interlocuteurs quant aux aides du Département :"si les aides de l’Etat sont toujours longues à être opérationnelles, celles du Département seront, elles, débloquées en urgence pour permettre une relance rapide de vos productions".

Puis, c'est sous une pluie battante que la visite des exploitations a débuté ; elle a permis aux Elus de se rendre compte de la situation grave de certains agriculteurs.

Georget Grondin a connu des dégâts importants avec ses tomates sous serre : « j’ai enlevé les bâches et la replantation est difficile à cause  du soleil ; nous récoltions près de 2,5 tonnes de tomates par semaine et aujourd’hui, tout est à mettre à la poubelle » a-t-il indiqué. Situé un peu plus haut, c’est la même situation pour Hugo Fontaine qui dispose de 12 hectares de canne et de 0,5 hectare de thym : « ma production de thym a développé une maladie à cause de la pluie et je n’ai pas de main d’œuvre. Alors, si je n’obtiens pas d’aide, je vais devoir revenir totalement à la canne et abandonner la production de cette plante". Quant à Eddy Barret, il a tout perdu car le terrain et le chemin d’accès ont été ravinés emportant ce qu’il avait planté, principalement des légumes.

Ces trois situations seront soutenues par le Département car toutes les trois sont éligibles aux aides à la reconstitution des serres (UE/Département), à la replantation du maraîchage (Département) ou encore à la reconstitution des voiries (UE/Département.

La visite sur la Petite-Ile s’est terminée par un déjeuner au restaurant de l’association Biotope, à Grande Anse. Un restaurant qui a la particularité de fonctionner grâce au travail de personnes en situation de handicap, depuis la production de certains fruits et légumes jusqu’au service en passant par la confection des repas. Certains trouvent même des emplois par la suite. Une belle réussite qu’a tenu à saluer Cyrille Melchior, le Département finançant une partie des activités de l’association.

 



Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.