Priorités 2015-2021
image : priorités


TAJ Tremplin Activité Jeunes
image : taj

Compétences

Agriculture
Aménagement du territoire
Antenne de Paris
Associations en métropole
Coopération
Culture
Education
Enfance
Environnement et Energie
Habitat
Insertion/Mobilité pro
Laboratoires
Santé
Social
Sport
Transports et routes
 
 
Informations routières

 

Rechercher ...

Newsletter Département974

Abonnez-vous en cliquant ici
pour recevoir
toute l'actualité
Cliquez ici pour vous abonner !
image : Feuilletez et lisez nos magazines en ligne
image : Site sélectionné aux Trophées nationaux 2014 de la Communication
ajouter dans vos favoris  I ajouter dans vos favoris  I 
Les 3 premiers Réunionnais en Namibie Imprimer Envoyer
Ci dessous les impressions de Thomas, enseignant réunionnais en Namibie, embauché en CUI  depuis le mois de mai 2008 :

« Aussitôt dit, aussitôt fait, en 3 mois, voilà les 3 premiers Réunionnais en Namibie.  Après une très agréable mais néanmoins intense et utile formation au Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP) du Tampon, nous avons traversé l’Océan Indien, transité à Joburg pour finalement atterrir  à Windhoek, capitale de la Namibie.

Nous avions le rêve de découvrir l’Afrique et de pouvoir y partager notre culture et notre belle langue française : nous voilà exaucés ! Lé bon mêm, lé gayar oté ! En bonus, inm ti bout la kiltir rényonaise pou partaz ek bann Namibyen ! Anglo-Franco-Kréol, sa mêm mêm La Rynion…

 

namibie1.jpg

Mis à part Sylvie qui a démarré sur « les chapeaux de roues » au FNCC (Franco Namibian Cultural Centre), Sabrina et moi-même avons eu une quinzaine de jours d’adaptation au cours desquels nous avons pu découvrir Windhoek et quelques uns de ses charmes. En Namibie, on ne manque de rien et l’on pourrait même presque en oublier que nous sommes bien en Afrique lorsque l’on se promène dans le centre ville au style fort germanique. Plusieurs grands centres commerciaux, des petits restos sympas organisés autour d’Independance Avenue, l’artère principale de la capitale. Mais il suffit de rouler sur quelques kilomètres pour se retrouver au milieu des montagnes dont le paysage rappelle étrangement l’ouest réunionnais… En beaucoup, beaucoup plus immense ! En réalité, on pourrait caser 400 fois notre ile dans ce vaste pays.

Si le paysage et les racines africaines constituent deux points communs entre notre ile et ce pays, la ressemblance s’arrête néanmoins là. A commencer par la faune qui comporte de très grands animaux, ensuite la culture très empreinte d’influences anglo-saxonnes à l’africaine, aussi le dépaysement est il total.

Au niveau de la langue anglaise, la communication ne pose pas de problèmes particuliers. En effet, même si tout le monde ici parle couramment l’anglais, il n’en est pas moins vrai que les échanges peuvent se faire en plusieurs dialectes locaux dont certains comportent d’étranges et inimitables claquements de langues que l’on ne saurait traduire dans notre alphabet.

 

namibie2.jpg

La communauté française namibienne comporte quelque 250 âmes et il faut bien dire que ce nombre restreint resserre les liens. Aussi, l’accueil qui nous a été réservé a-t-il été tout de suite très sympathique et chaleureux. Nous avons été pris en main et intégré dès nos premiers pas sur le sol africain. Pour tout dire, le comité d’accueil fut mémorable puisque parmi les tous premiers français que nous rencontrâmes ici se trouvait le président Giscard d’Estaing en personne ! Le hasard a voulu qu’il rentrât de vacances au jour et à l’heure de notre arrivée. Clin d’œil de bon augure du d’Estaing ! Pardon, du destin !

Outre les acteurs directs de ce beau projet de coopération, membres de l’ambassade de France ou du FNCC, auxquels nous adressons notre gratitude pour leur gentillesse et leur grande sollicitude, nous nous devons de saluer en particulier deux françaises sans lesquelles notre arrivée n’aurait pas été ce qu’elle fût. Nathalie et Hélène, les directrices des lodges dans lesquels moi-même, Sabrina  et Sylvie avons été accueillis et logés en attendant de trouver notre indépendance. Merci donc à elles de nous avoir tant aidé à trouver notre nid.

Aux prochains Réunionnais qui seraient tentés par l’aventure, je pourrais dire ceci :

- « Ecoutez et pesez bien votre intuition et si le cœur vous en dit vraiment, n’ayez crainte de tenter votre chance »

Un bon voyage valant mieux que mille explications, j’arrêterai donc ma prose là, en attendant de voir venir d’autres Réunionnais en quête de vie d’ailleurs.

PS : Oubly pa emène boukané avek safran et gro piman ! Merci.

PS bis : moi-même c’est Thomas. »

 

 

thomas en namibie




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Lundi, 16 Août 2010 16:17