Loïse Nanecou, un exemple de mobilité réussie ! Imprimer
photo

Janvier 2010

Loïse Nanécou, est une femme qui vit avec son temps. Dynamique, ambitieuse, elle a choisi de mener sa barque dans un monde d’homme, entre La Réunion, la Chine et maintenant le Canada. Un itinéraire en forme d’exemple pour la jeunesse réunionnaise à travers cette étudiante devenue femme active à l’étranger.


Conseil Général : Pourriez-vous nous décrire les grandes étapes de votre parcours scolaire ?
Loïse Nanécou : Après avoir obtenu mon Bac S au lycée Le Verger à Sainte-Marie, j'ai fait une première année de DEUG à l'université de La Réunion (à Sainte-Clotilde), dont un premier semestre en filière SVT (sciences de la vie et de la terre) et le second semestre en espagnol.
J'étais à l'aise dans les 2 domaines scientifique et littéraire mais les débouchés après l'université ne me convenaient pas : professeur ou chercheur, à moins d'avoir un projet professionnel solide et précis, ce qui à l'époque n'était pas le cas.

CG : C’est à ce moment là que vous vous orientez vers l’informatique ?
LN : Je me suis réorientée vers un BTS Informatique de Gestion (2 ans) au lycée de Bellepierre;
En effet, je ne connaissais presque rien à l’informatique, j'étais donc curieuse d'en apprendre un peu plus. C'était aussi un domaine très peu convoité par les filles, ce qui représentait un défi supplémentaire.
Après avoir obtenu mon BTS et ne voulant pas m'arrêter en si bon chemin, j'ai poursuivi mes études en première année d'ingénierie à Supinfo installé depuis 2 ans à saint Benoît.

CG : Un choix judicieux, car Supinfo aura été un tremplin pour vous vers l’étranger ?
LN : Grâce aux opportunités de voyages offertes par Supinfo, j'ai choisi d'effectuer une summer school (stage d'été) de 3 mois en Chine à la suite de laquelle j'étais censée rentrer à la Réunion pour continuer ma 2ème année. Cependant ayant eu le coup de foudre pour ce pays, j'ai légèrement modifié mes plans et j'y suis restée pour effectuer ma 4ème année (soit ma 2ème année d'ingénierie).
Après cette année riche en apprentissage et en découvertes, je suis rentrée à La Réunion pour suivre un stage à L'ARTIC (Association Réunionnaise des professionnels des Technologies d'Information et de Communication). J'ai ainsi participé à l'organisation du Forum TIC 2007.

 

photo
Loïse Nanécou pose pour la remise de son diplôme
photo
la cérémonie de remise des diplômes à Paris à la Cité des Sciences et de l'industrie !


CG : Comment s’est passé votre séjour en Chine ?
LN : Cela a été réellement mon premier pas en dehors de la Réunion (mis à part les voyages vers l'île Maurice) et ce fût un véritable succès. J'aurais aimé y passer plus de temps mais je voulais continuer de profiter des opportunités à l'étranger grâce à Supinfo et découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture.

Ma mère a également eu le coup de foudre pour la Chine, elle est venue passer quelques semaines au cours desquelles nous avons voyagé vers le Sud Est du pays: Shanghai, Nanjing, Beijing...

CG : Puis, tout s’enchaîne, diplôme, stage au Canada, encore une nouvelle vie?
LN : Après avoir passé un an en Chine, je savais que je n'aurais pas de problème pour y retourner par la suite. J'ai donc voulu poursuivre l’aventure dans un pays autre que la France et j’ai choisi d'aller au Canada pour finir "en beauté" ma dernière année d'étude à Supinfo. Et cela même si je dois l’avouer malgré une certaine appréhension des températures sur place en hiver -30 degrés, pour une Réunionnaise c’est assez difficile à imaginer !

Au final, j'ai été plus que ravie d'avoir fait cette expérience et d'avoir terminé mes études à Montréal.

 

photo
A Montreal...au Mont Royal...
photo
Montréal, c'est aussi le hockey sur glace !


CG : Et c’est en 2009 que vous êtes diplômée de SUPINFO ?
LN : Finalement, après le rendu et la validation de mon mémoire (écrit et oral) en début d'année 2009, je me suis rendue à Paris pour recevoir mon Master International en Informatique.
Ce fût une belle cérémonie parrainée par Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET alors secrétaire d’Etat chargée de la Prospectiev et du Développement de l’Économie Numérique, et M. Olivier BRUZEK, Rédacteur en Chef du Point.
La promotion 2008 comptait environ 8% de filles diplômées, ce qui est peu mais devrait fortement augmenter dans les années à venir.

CG : Et maintenant que faites-vous ?
LN : À présent, je vis à Montréal, depuis bientôt 2 ans, je m'y plais beaucoup mais je ne cache pas l'envie de retourner en Chine, au moins pour quelques mois, peut être plus tard.
Je travaille actuellement pour l’entreprise américaine basée à Montréal dans laquelle j'ai effectué mon stage de fin d'année de 6 mois, dans le domaine du décisionnel (Busines Intelligence), en tant qu'analyste développeur BI (décisionnel).

La crise économique a fortement touché le domaine de l'informatique et des nouvelles technologies mais le marché reprend petit à petit.

 

photo


CG : Riche de ces expériences, comment imaginez-vous l’avenir et quels sont vos projets ?
LN : J'espère obtenir ma résidence permanente au Canada afin de faciliter les "allés et venues" entre la France/ Réunion et le Canada.
Mais je n'ai pas encore d'idées précises de l'endroit ou je prévois de m'établir sur le moyen et long terme.

Pour le moment, je lance et je poursuis ma carrière en Amérique du Nord.

CG : Expliquez-nous le rôle important qu’a joué le Conseil Général dans votre parcours d’étudiant ?
LN : Je tiens tout particulièrement à remercier Madame La Présidente du Conseil Général, et toute son équipe, pour avoir participé financièrement à mes études et contribué à ma réussite en m'attribuant diverses bourses départementales.

Non seulement le Conseil Général a aidé aux remboursements des frais de scolarité élevés mais n'a pas hésité à nous attribuer une bourse de voyage lors de notre départ pour le stage d'été en Chine. La mairie de Saint-Benoit, est également intervenue.

On peut vraiment dire que tous les moyens sont mis en oeuvre pour la réussite des jeunes étudiants réunionnais, car les autres DOM TOM ne sont pas aussi chanceux...mes amis Martiniquais et Guadeloupéens sont admiratifs et envieux face à cet encouragement et à notre situation ainsi qu’à nos avantages.
photo


CG : Vous restez connectée à La Réunion malgré la distance ?
LN : Bien sûr, je suis de près l’actualité de mon île à travers les média en ligne (clicanoo, linfo.re,..) et j'ai ajouté Nassimah Dindar comme amie sur mon facebook afin de pouvoir suivre les grandes évolutions et changements à La Réunion.




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Mardi, 03 Août 2010 10:44