Priorités 2015-2021
image : priorités


TAJ Tremplin Activité Jeunes
image : taj

Compétences

Agriculture
Aménagement du territoire
Antenne de Paris
Associations en métropole
Coopération
Culture
Education
Enfance
Environnement et Energie
Habitat
Insertion/Mobilité pro
Laboratoires
Santé
Social
Sport
Transports et routes
 
 
Informations routières

 

Rechercher ...

Newsletter Département974

Abonnez-vous en cliquant ici
pour recevoir
toute l'actualité
Cliquez ici pour vous abonner !
image : Feuilletez et lisez nos magazines en ligne
image : Site sélectionné aux Trophées nationaux 2014 de la Communication
Qui est Célimène ? Imprimer Envoyer

Portrait de Célimène Gaudieux, la muse de Trois-Bassins :

portrait celimene

Marie Monique, dite Célimène, est née à Saint-Paul le 20 avril 1807.Elle est la fille de Candide, une esclave créole.

Deux mois après sa naissance, elle est achetée, avec sa mère, par un cultivateur de La Saline, Louis Edmond Jean (ou Jeance).

Affranchie le 14 novembre 1811, en même temps que sa fille, Candide épouse Louis Edmond Jeance le 26 avril 1830.

Ce dernier, né à Saint-Paul le 28 septembre 1789 est lui aussi d’origine affranchie.

Le 3 octobre 1839, Célimène épouse un ancien gendarme, Pierre Gaudieux, âgé de 24 ans et originaire de la Dordogne. Le couple s’installe à la Saline, sur la route de TroisBassins, où ils tiennent une auberge, relais d’étape entre Saint-Paul et Saint-Leu. C’est le lieu de rendezvous des voyageurs qui empruntent la route nationale reliant le nord au sud de l’île.

    

La muse de Trois-Bassins

Dans son auberge baptisée « Hôtel des hommes d’esprit, les imbéciles doivent passer sans s’y arrêter », Célimène distrait les voyageurs, par des chansons souvent composées à partir de ses propres poèmes, qu’elle interprète en s’accompagnant de sa guitare.

Célimène est une femme d’une vive intelligence. Elle écrit aussi bien en vers qu’en prose, en français et en créole, ce qui est très méritoire, car elle n’a pas fréquenté l’école en raison de son statut d’esclave. On ne saurait dire cependant que Célimène relève du génie poétique. Ses vers sont dit-elle « à tort et à travers ». Sans césure, ni élision, ils riment seulement pour l’oreille.

Sa renommée dépasse bien vite le cadre de son village de La Saline. Les voyageurs venant de Saint-Denis ou de Saint-Pierre ne manquent jamais de s’arrêter chez elle.

Symbole de la poésie populaire réunionnaise, Célimène s’éteint à Saint-Paul le 13 juillet 1864.




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Mercredi, 08 Mars 2017 14:38