Un nouveau dispositif mis en place par le GIP SAP pour les familles réunionnaises, le repit -repos - 3 avril 2012 Imprimer

Mardi 3 avril, Nassimah DINDAR, Présidente du Conseil Général, a présenté avec Emmanuel HOARAU, Conseiller Général et Marcelle MARIANNE, Directrice Personnes Agées et personnes Handicapées, un nouveau dispositif unique mis en place par le Conseil Général de La Réunion en lien avec la Maison d'Aide à la Personne, pour accompagner l’aidant familial qui s’occupe à temps complet, au détriment de ses propres besoins, d’une personne dépendante.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Le droit au répit est le besoin légitime qui reconnait à la personne en situation de handicap et à son entourage, la possibilité de souffler moralement et physiquement. C’est sur ce constat que Nassimah DINDAR a voulu et inscrit, dans le projet de mandature 2011-2014, un chantier visant à soulager les familles en charge de personnes dépendantes ou en situation de handicap. « Nous avons travaillé avec la Maison des Personnes Handicapées (MDPH) pendant 5 mois pour réaliser un livret sur le handicap. Aujourd’hui, nous disposons d’un outil quasi-exhaustif de personnes en situation de handicap, toutes catégories confondues. Il faut prendre un individu en tant que personne et voir comment on l’accompagne. Nous devons optimiser et mutualiser nos politiques publiques. Il faut innover, trouver des énergies, fédérer les intelligences pour proposer des solutions. Un aidant familial est souvent épuisé et cette situation pourrait conduire ou induire des crises voire de la maltraitance. Un enfant handicapé ne peut pas rester seul. C’est la raison pour laquelle, nous avons mis en place ce dispositif attribué aux aidants familiaux après vérification par les services de la MDPH » a expliqué la Présidente.

Marcelle MARIANNE a précisé que le dispositif comporte 3 volets : « Le premier porte sur la mise à disposition de 96 heures par an (soit 12 jours) ; un professionnel se déplace chez la personne, ce qui permet à l’aidant d’avoir un peu de temps pour lui. Le second porte sur un séjour Grand Air de 2 nuits/3 jours dans des structures comme le Village Corail de Saint-Gilles, le Village des Sources à Cilaos ou encore l’Auberge de Jeunesse de l’Entre-deux et le troisième, sur un hébergement temporaire en famille d’accueil constituant une alternative entre le maintien à domicile et l’hébergement en établissement. Cette action permet aux familles d’accueil volontaires de proposer un service d’accueil de jour.
Un numéro vert est à la disposition du public le 0 800 53 00 02 ».

La Présidente a ensuite annoncé que ce dispositif a été mis en place depuis le début de l’année : « 63 personnes âgées et porteuses de handicap ont pu bénéficier d’une aide soulageant l’aidant familial et garantissant une qualité de prise en charge. 190 personnes aidants et aidées ont bénéficié d’un séjour Grand Air soit un total de 50 jours de séjour. Cette année le budget alloué est de 1,2 millions d’euros et la montée en charge sera très certainement importante. C’est un dispositif pérenne ; aussi, il est certain que seront favorisées les personnes s’occupant des cas les plus difficiles classifiés selon une grille nationale. 2012 est une année test. Nous ferons une évaluation à la fin de l’année. Des personnes se sacrifient chaque jour pour donner de l’amour. Nous devons répondre à un besoin, leur permettre de vivre pour elles et de se reposer quelques heures pour optimiser une qualité de la garde ».

icon Dépliant : le répit et repos (484.23 KB)

Télécharger le Dossier de Presse

Mercredi 15 février 2012 : réunion de présentation du dispositif « répit et repos »

Sur le dispositif en cliquant ici




Communiquez cet article sur

Facebook Twitter Google Wikio

ou citez cet article sur votre site en cliquant ici...


Pour créer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans le code de votre page html.




Mise à jour le Lundi, 21 Mars 2016 15:11