Des Espaces Naturels menacés

La richesse patrimoniale de l’île, reconnue au plan planétaire, est particulièrement fragile. Elle subit de nombreuses pressions, pour la plupart d’origine humaine: introduction d’espèces invasives, dégradation des milieux, incendie, comportements inadaptés…

Les espèces invasives :
Il y a 300 ans, de nombreuses espèces exotiques ont été introduites de façon volontaire ou non. Certaines se sont tellement bien adaptées aux conditions de vie sur l’île, qu’elles sont devenues envahissantes.

menaces1Le merle de Maurice

Le merle de Maurice est un oiseau originaire d’Asie. Il a été introduit, vers Saint-Philippe, en 1972. Il ravage les cultures fruitières et florales. Il favorise la propagation des graines des plantes envahissantes. Il menace d’extinction le « merle péï ».

Ce que je dois faire :
Vous avez identifié le Merle de Maurice dans votre jardin ou dans vos champs, vous souhaitez vous en débarrasser, contactez rapidement le FDGDON. Il mettra à votre disposition des cages pièges pour une durée de 6 mois ou 1 an. Vous serez conseillé par un professionnel agréé.

Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles
0262 49 44 09 / 0262 45 20 00


menaces2L’herbe de la pampa

Cette plante est originaire d’Amérique du sud. Elle devient localement envahissante dans la nature et il est très difficile et coûteux de l’éliminer. Elle menace les plantes réunionnaises car elle prend leur place et se multiplie rapidement. Ses milliers de graines se dispersent jusqu’à 30 km avec le vent.

Ce que je dois faire :
Vous l’avez identifiée le long de la route, d’un cours d’eau, sur un sentier ou partout ailleurs, contactez le Groupement des Espèces Invasives de la Réunion.

Groupement des Espèces Invasives de la Réunion
0693 10 05 34 / s.arnoux@ceip.fr
+ d’infos
Conservatoire Botanique National De Mascarin : htpp://flore.cbnm.org


Les activités humaines :
Chaque geste en apparence inoffensif est une vraie menace pour notre environnement.

menaces3

La dégradation des coraux

Les causes de dégradation des récifs coralliens sont multiples: surexploitation de la ressource par la pêche, piétinement des coraux, rejets d’eaux usées ou pluviales sans oublier les risques liés au réchauffement climatique et à l’acidification des océans.

Ce que je dois faire :
Ne marchons pas sur les coraux: ils sont fragiles. Privilégions une découverte à marée haute avec l’usage de petites palmes, masque et tuba. Ne prélevons pas de coraux, ni de coquillages morts ou vivants. Ne retournons pas les blocs coralliens pour ne pas déranger la faune associée.

Groupement d’intérêt public Réserve Naturelle Marine de la Réunion
0262 34 64 44 / info@reservemarinereunion.fr


menaces4

Les déchets

La présence de déchets, même biodégradables attire les rats, les chiens errants qui sur les lieux détruisent les nids avec les oisillons. La prolifération de rats est une véritable menace pour notre environnement et pour notre santé.

Ce que je dois faire :
Ramassez vos déchets et ramenez-les à votre domicile après votre pique-nique, votre randonnée ou votre camping. Surtout ne les brûlez pas sur le site: ils sont à l’origine des incendies. Ayez le bon geste pour votre santé et pour la Nature.

Département de la réunion / Direction de l’environnement
0262 90 24 00 / denvironnement@cg974.fr


menaces5Le braconnage

Le braconnage est un véritable fléau pour les animaux et plantes de l’île. Les braconniers, peu soucieux de préserver l’environnement dans lequel ils vivent, chassent ou prélèvent des espèces menacées pour leur consommation personnelle ou pour le commerce:« choux » de palmistes, écorce de Bois jaune, orchidées, langoustes, etc…

Ce que je dois faire :
Ne prélevez rien dans la Nature. Tout prélèvement fragilise l’écosystème et peut nuire à votre santé car une mauvaise utilisation de la plante est toxique. Consultez le site de l’Aplamedom (association pour les plantes aromatiques et médicinales de la Réunion).

Association pour les plantes aromatiques et médicinales de la Réunion (Aplamedom)
0262 93 88 18 / www.aplamedom.org

Les commentaires sont fermés